Maman détendue avec ses enfants

Qu’est-ce qui est pire, éduquer des jumeaux ou des enfants rapprochés? Et surtout, comment tenir le coup sur la distance pour éviter de s’épuiser et d’avoir envie de les mettre à la cave…? La clé, retrouver le chemin du FUN ! Dans cet article (et cette vidéo), je t’explique pourquoi et comment faire.

Eduquer des jumeaux ou des enfants rapprochés: du pareil au même ?

Il y a parfois une sorte de compétition entre les parents de jumeaux ou de triplés et les parents d’enfants rapprochés : qu’est-ce qui est pire ? Chaque situation peut être délicate à gérer, chacune à sa façon. C’est pour cela que j’accompagne aussi bien les parents de jumeaux, de triplés que de fratries. Je préfère voir les points communs, ce qui nous rapproche, que les différences, c’est plus constructif.

Ce qui est pareil, avec des multiples « au sens étroit » (des enfants nés en même temps) et des multiples « au sens large » (des enfants nés avec 2-3 ans d’écart), c’est qu’à partir du moment de la naissance de ton deuxième enfant, si l’écart est faible et que l’aîné n’est pas suffisamment autonome (au plan pratique ET affectif… ce qui prend bien plus que 3 voire même 4 ans !), tu vas devoir gérer des besoins semblables ou différents, qui vont certainement se manifester en même temps ou presque, et qui vont souvent être très intenses.

Prévenir l’épuisement : tout sauf un luxe !

C’est pour cela que se remettre à chercher le FUN dans ta vie de parent de multiples, c’est super important : tu es soumise à beaucoup d’exigences du fait de l’immaturité, de l’âge, des besoins et du nombre de tes enfants, qu’ils soient nés en même temps ou non. Le FUN, c’est ce qui va t’aider à contrebalancer le stress et la fatigue dus à ton rôle de parent de multiples. Parce que le risque avec des multiples (surtout en bas âge, ou du moins avant 4 ou 5 ans), c’est un risque accru d’épuisement voire de burnout parental (on parle de 5% de parents en général en burnout, mais il y a certainement un pourcentage bien plus important en cours d’épuisement ou à risque d’épuisement à court ou moyen terme).

Le manque de sommeil est la première marche qui conduit vers le syndrome de l’épuisement parental et le symptôme le plus criant en est la perte de plaisir au quotidien avec tes enfants. N’attends pas d’être dans cette situation pour réagir, mais si tu y es… réagis aussi bien sûr !

Le “Fun” dans ta vie de Maman de multiples: de quoi parle-t-on ?

Le fun, c’est ce qui pétille, c’est les petites pépites de joie dans la vie avec tes enfants entre les crises, les pleurs, les coups de stress, les contrariétés : parce qu’ils ne veulent pas se coucher, parce qu’ils ne veulent pas se lever, pas se laver les dents, pas se laisser changer, pas quitter la place de jeux, pas aller à la crèche, pas arrêter la TV, etc. etc. j’en passe et des meilleures ! Tu ne peux pas éviter toutes ces situations désagréables, c’est pour cela que c’est important de les contrebalancer avec des moments de fun. Mais ton cerveau est beaucoup plus habile à repérer les mauvais moments que les bons, c’est ce qu’on appelle le biais de négativité et il est extrêmement puissant. Renverser (ou plutôt équilibrer) la vapeur, demande une constance et une énergie qui est presque de l’ordre de la « foi ». Chercher et trouver le fun malgré tout, ce n’est pas facile tous les jours quand on est parent de multiples, je te l’accorde (j’ai aussi des multiples depuis plus d’une dizaine d’années donc je sais de quoi je parle !).

J’ai envie de te dire : « et alors ? Depuis quand arrête-t-on de faire quelque chose qui nous fait du bien ou qui est important à plus long terme parce que ce n’est pas facile ? » Effectivement, ce n’est pas facile mais c’est justement pour cela qu’il faut s’accrocher ! C’est comme avec la santé : l’entretenir n’est pas facile, mais la soigner est encore plus difficile. Dire que ce n’est pas facile, ce n’est pas la fin de la réflexion mais son début :

  • Pourquoi te décourages-tu à l’idée que ce n’est pas facile ?
  • Comment rendre l’exercice de trouver le FUN plus facile ?

Le poids des croyances inconscientes

Pour répondre au pourquoi : cette question a quelque chose à voir avec la résilience, la capacité à rebondir en cas de difficultés du quotidien. Bien souvent, face à ce genre de difficulté, tu peux avoir plutôt une réaction de découragement, un sentiment d’impuissance. Quand tu restes dans cet état d’esprit, c’est un signal pour toi-même que tu CROIS ne rien pouvoir faire. Cette croyance n’est pas innée. Elle provient du monde dans lequel tu as grandi : ta famille, tes parents, tes éducateurs, avec leurs propres croyances, et la confiance qu’ils t’ont instillée au fil des années, dès le berceau.

Tu connais peut-être l’histoire de l’éléphant attaché par la patte à un minuscule poteau planté dans le sol qui n’essaie même pas de se libérer ? C’est parce qu’il a été attaché tout petit et qu’à cette époque-là, il n’était effectivement pas capable de se libérer. Il a grandi, mais il a gardé cette croyance qui est devenue fausse.

La niaque, la confiance de pouvoir trouver des solutions, de pouvoir changer les choses, de pouvoir compter sur toi-même et sur les autres, c’est quelque chose qu’on nous enseigne dès le berceau et qu’on transporte avec nous toute notre vie. Inconsciemment, jusqu’à ce que quelqu’un te fasse remarquer que « oui mais c’est pas facile » ne signifie pas que c’est impossible !

Prendre conscience de ces croyances inconscientes, c’est la première étape du chemin que mes clientes parcourent dans le programme Mamans parfaitement imparfaites et rayonnantes qui commence le 1er septembre. Parce que tant qu’elles restent inconscientes, on ne peut pas les réévaluer et décider de continuer à y croire, ou non, si ces croyances nous rendent malheureuses ou dépendantes du jugement des autres.

Comment retrouver facilement le fun avec ses enfants?

Reste la réponse à la deuxième question : comment rendre l’exercice de trouver le FUN plus facile ? Cet exercice peut se faire une fois qu’on retrouve foi dans la capacité à le trouver, qu’on déboulonne ses croyances à propos de ses propres capacités et de celles des autres à changer. Avec mes clientes qui sont inscrites à Mamans parfaitement imparfaites et rayonnantes, on va à la recherche de leur âme d’enfant : l’enfant libre, joyeuse, créative. Cette part de toi-même qui est toujours là mais qui n’osait pas s’exprimer avant. C’est cette part qui est reliée au FUN de la vie. Lui faire une place, qu’est-ce que ça change ?

  1. Ca te permet de retrouver le goût du FUN avec tes enfants
  2. Ca t’aide à te reconnecter à tes enfants pour mieux les comprendre, et qu’ils te comprennent mieux en étant eux-mêmes reliés à ton âme d’enfant
  3. Ca te libère du poids du jugement des autres et donc tu fais les choses parce qu’elles sont importantes à TES yeux et non aux yeux de la société (exit la culpabilité paralysante !)
  4. Ca t’aide à dire non ou à t’en fiche lorsque ce n’est pas important pour toi ou tes enfants
  5. Ca t’aide à être heureuse même si tu ne corresponds pas aux attentes de la société
  6. Ca te permet d’être libre d’être toi-même, de dire oui, ou non, en fonction de ton intuition et de tes propres références internes, et de te sentir parfaitement bien comme cela !
  7. Et bien sûr, tu transmets ce nouveau modèle à tes enfants, exactement comme tes parents t’ont transmis leur modèle.
  8. Donc, en faisant cela, tu contribues à changer la société de manière durable: une société où ce qui compte, ce n’est pas uniquement l’apparence, la réussite financière ou la facilité au mépris de la planète, où les émotions ou la vulnérabilité sont honteuses ou devraient être cachées
  9. C’est redonner sa juste place à la vulnérabilité inhérente à notre humanité et la reconnaître nous rend plus résilients au final.
  10. Bref, c’est l’effet papillon appliqué à la parentalité 😊

Tu l’auras compris, je suis ENTHOUSIASTE à l’idée de démarrer le programme Mamans parfaitement imparfaites et rayonnantes le 1er septembre ! Le programme se déroule entièrement en visioconférence, il y en aura huit entre septembre et décembre, qui seront enregistrées bien entendu, avec en plus un espace de formation autonome en ligne pour t’aider à progresser entre les séances et un groupe de discussion réservé aux participantes pour pouvoir échanger et s’entraider tout au long du programme, et ça coûte 320 euros par mois pendant quatre mois. Attention il n’y a plus que 6 places disponibles !

Donc si tu sens que c’est le moment pour toi de retrouver le FUN avec tes loulous et surtout, de balancer les croyances inconscientes qui te pourrissent la vie pour t’autoriser à être libre, parfaitement imparfaite et rayonnante quoi qu’il arrive, clique ici pour recevoir les informations d’inscription. A très vite !

× Vous avez une question ?