Le quotidien quand on a plusieurs enfants entre 1 et 5 ans

Vos enfants ont entre 1 et 5 ans ? Bienvenue dans le monde du « terrible two » ! C’est un passage presque obligé et franchement pénible pour les parents. Ce qui se passe, c’est que les enfants veulent à toute force devenir autonomes et ce n’est pas de tout repos, même avec un seul enfant… alors avec des multiples, qu’ils soient nés simultanément ou avec quelques années d’écart, c’est la  galère assurée !

Dès qu’ils commencent à pouvoir se déplacer tout seuls, les enfants commencent à s’affirmer, à s’opposer et à dire non à tout ou presque. Bien souvent ils n’en font qu’à leur tête et peuvent pleurer ou criser pour un oui ou un non. Les routines les plus simples (se préparer pour partir, prendre le bain, aller dormir…) finissent par être une source de stress voire d’épuisement.

Les enfants veulent tout faire tous seuls, mais bien souvent ils n’en sont pas encore capables, ce qui les met en rage! En tant que maman (ou papa!), on se sent démunie, découragée ou impuissante face à ces situations. Ce d’autant plus qu’avec des multiples ou des enfants nés avec 2-3 ans d’écart, il n’y a jamais réellement de répit : soit ils partent en cacahuète en même temps et c’est encore plus intense, soit ils enchaînent l’un après l’autre !

La fatigue physique peut déboucher sur un véritable épuisement moral: les nerfs à fleur de peau, les parents peuvent se mettre à crier… ce qui bien sûr entraîne plus de cris et de pleurs des enfants par la suite!

Il faut donc bien reconnaître que c’est une phase délicate pour toute la famille. La fatigue physique et nerveuse s’accumule, ce qui finit par générer des tensions dans le couple également. En tant que mère, bien souvent, on porte tout cela sur ses épaules : c’est la fameuse « charge mentale ».

On aurait tellement besoin de se sentir comprise, soutenue et reconnue pour cet immense travail invisible qui consiste à élever plusieurs enfants du même âge ou presque en même temps !

Mais quand on vit tout cela au quotidien, on a le nez dans le guidon, et la fatigue nous empêche de prendre suffisamment de recul pour amorcer un changement durable et profond.

Or, il existe des solutions concrètes et relativement simples pour retrouver son équilibre, sans devoir se sacrifier, ni renoncer à une éducation qui soit positive pour ses enfants et pour soi-même.

Je suis bien placée pour le savoir, car je suis passée par là moi aussi (qui suis-je?). Si vous êtes curieuse de savoir comment je pourrais vous aider, cliquez sur le bouton ci-dessous.

× Vous avez une question ?